un compteur pour votre site
Megodontus

 

LES MEGODONTUS DE FRANCE

extrait du DVD :

Iconographie des Carabes de France

(voir Home-page)

 

Daniel Prunier

5 rue de l'Epargne

92320 CHATILLON

TEL : 09 66 82 99 67

prunier.daniel@orange.fr

 

 

Mots clés : CARABIDAE, Carabus, Taxonomie, Biogéographie, Répartition.

 

Subgen. Megodontus Solier.

Premier article des antennes avec une soie dressée. Dent labiale longue et aiguë. Une soie au tiers antérieur du pronotum. Protarses mâles munis de quatre articles pubescents à la face inférieure. Nombreuses espèces répandues depuis l'Europe jusqu' à l'Asie. Il existe des espèces aux ressemblances troublantes avec les Procerus Dejean en Turquie et en ex-Yougoslavie.

         Megodontus violaceus Linné 1758 ( s. lat.).

En France, le grand groupe violaceus s. lat.  Linné 1758 est composé de cinq branches principales :

- violaceus s. str.  Linné 1758

- purpurascens Fabricius 1787

- germari Sturm 1815

- picenus Villa 1838

- mixtus Gehin 1876

Les auteurs successifs ont rassemblé ou bien divisé ces cinq branches avec des combinaisons diverses : JEANNEL (1941) reconnaît trois espèces, BREUNING (1932) une seule espèce, CLEU (1969) quatre espèces, DARNAUD (1976) cinq espèces et DEUVE (1991) n'en reconnaît qu'une.

Les différences d'édéage et de sculpture plaident en faveur d'une division alors que l' existence de grandes zones de métissage fait pencher vers un regroupement.  Tous les auteurs détiennent probablement une part de vérité, ce qui traduit les limites quelquefois assez floues de la notion d'espèce.

Si les Megodontus s'inscrivent dans un processus avancé de spéciation, leur proximité génétique est encore suffisante pour autoriser des métissages étendus sur le terrain :

             - purpurascens x mixtus

- purpurascens x violaceus

- germari x violaceus

- germari x picenus

Ce qui produit des populations à caractères intermédiaires.

   Suite à ce dernier argument, je ne considère qu'une espèce composée de cinq sous-espèces principales, les échelons inférieurs devenant des natios rangées à l'intérieur de chaque sous-espèce.  Le critère de l'édéage sert à définir ces sous-espèces. Un critère discriminatoire n'a de valeur que s'il est confirmé par la stérilité des croisements.

 

 

 

Distribution Générale des ssp. de  violaceus ( s. lat. )

 

 

Répartition des ssp. de violaceus à l' est de la France

 

Fig. A : Megodontus  violaceus  purpurascens n.pseudofulgensBorn.

Edéage vu de face : Ft d'Orion F-64 et apex  ( Alto de Lizzaraga, Navarre, Espagne )

 

 

 

          Megodontus violaceus (s. lat.) Linné, 1758.

Longueur : 20-37 mm.  Occupe toute l'Europe, de la Scandinavie jusqu'au nord de la

Grèce et de la Sibérie jusqu'au Portugal.

 

ssp. purpurascens Fabricius 1787

    Longueur : 24-35 mm.  Elle rassemble toutes les populations à sculpture triploïde homodyname (plus ou moins altérée) dont l'édéage a un apex long et coudé (fig.  A).  Elle occupe l'essentiel du pays sauf la frontière franco-helvétique, le Dauphiné et l'extrême sud-est.

 

n. purpurascens Fabricius 1783 (photo n°1)( = laevicostatus x violaceus )( = subcrenatus Géhin, jurassicus David & Marchal.).

 

 

 

M. violaceus ssp. purpurascens

n. purpurascens Fabricius 1787.

Foncine-le-Haut  900 m  F-39.

 

 

Noir, bordure pourpre, bleue ou rarement verte.  Décrite sur un individu issu d'une population allemande métissée avec violaceus et dont les tertiaires sont fortement dégradés.  Je réunis sous ce nom les populations frontalières de violaceus comprenant des exemplaires à relief altéré et présents en proportion variable suivant l'éloignement géographique de violaceus et l'ancienneté du métissage. Ces populations sont essentiellement situées au nord de la France et dans le Jura.  Le brassage génique n'étant pas homogène, tous les stades d'altération de la sculpture peuvent se rencontrer au sein d'une même population. Le laevicostatus Lapouge étant la ssp. originelle, je ne considère pour ma part le purpurascens que comme une forme à sculpture dégradée. Tous les types de sculpture peuvent être présents.

 

 

Répartition : Cette forme est très répandue en Allemagne et en Suisse où le voisinage de purpurascens avec violaceus est étendu.

Quelques localités : Génissiat : Bs Fauvin 460 m (01), Les Molunes 1200 m (39), Les Moussières 1200 m (39), Foncine-le-Haut 900 m (39), La Perrena 800 m (39), Cuvier 840 m (39), Champagnole : Ft de la Fresse (39), Sirod 700 m (39), Les Chalesmes 900 m (39), Cerniébaud 1000 m (39), Ft de Lajoux (39), Andelot-en-Montagne 650 m (39), Les Planches-en-Montagne (39), Gillois 800 m (39), Chaux-Neuve 1000 m (25), Mouthe 950 m (25).

 

 

Tout contact entre deux ssp. de sculpture différente produit des formes intermédiaires que l'on peut classer en fonction de leur degré de métissage. Entre deux formes de sculpture se trouvent des exemplaires atypiques qui héritent des deux sous-espèces. Ces intermédiaires sont d' autant plus fréquents qu' on se trouve proche d'une ligne de contact.

Les formes individuelles suivantes, classées en ordre progressif, traduisent le métissage :

- f. i. : laevicostatus Lapouge (photo n° 2)

sculpture triploïde, non dégradée.

- f. i. : crenatus Sturm (photo n° 3)

stries fortement ponctuées.

- f. i. : subcrenatus Gehin

tertiaires en voie d'involution.

- f  i. : purpurascens Fabricius (photo n° 1)

tertiaires résolus en grains.

- f. i. : asperipennis Lapouge

tertiaires résolus, secondaires en voie de résolution.

- f. i. : asperulus Kraatz (photo n° 4)

tertiaires et secondaires résolus, primaires entiers.

- f. i.  paillardi Gradl. (photo n° 5)

tertiaires, secondaires et primaires résolus.

 

La totalité des variations de purpurascens peut être exprimée par les taxas ci-dessus donc : osismius Houlbert, jurassicus David & Marchal, crenatocostatus Lapouge, uriensis Breuning peuvent être éliminés.

 

n.  laevicostatus Barthe 1920 (photo n° 2)

 

 

 

M. violaceus

 ssp. purpurascens

n. (+ f i.) laevicostatus Lapouge.

Ft de Montargis (45).

 

 

Noir, à bordure pourpre ou bleue, sculpture entière, rarement altérée (crenatus Kraatz et subcrenatus Gehin). Gouttière élytrale assez fine, allure allongée, forme convexe.

Répartition : Il remplace progressivement purpurascens dès qu'on s'éloigne de violaceus. Il occupe la Bretagne, la Normandie, le Bassin Parisien et le nord du  Massif Central.

Quelques localités : Caulnes (22), Ft de Coat Loch (29), Guillac (56), Ft de Lanoué (56), Ft de Lorges (22), Ft de Lyons (27), Ft du Trait-Maulévrier (76), Oudalle (76), Ft de Compiègne (60), Pas-de-Calais (62), Ft d'Ecouves (61), Ft de Bellème (61), Bs de Sublaine (61), Ft de Longny (61), Ft de Réno (61), Ft de Versailles (78), Bs de Satory (78), Cernay-la-Ville (78), Bs de Ste-Apolline (78), Ft de Rambouillet (78), Ft de Marly (78), Ft de Meudon (78), Soissons (02), Ft de Coucy (02), Baccarat : Ft de Venet (54), Ft de Senonches (28), Ft de Montécot (28), Ft de Montargis (45), Ft de Fontainebleau (77), Ft de Champagne-sur-Seine (77), Ft de Verrières (91), Bs de Boulogne (92), Ft de Chandelais (49), Ft d' Orléans (45), St Junien-la-Brégère (23), Visais (86), Ft de Vouillé (86), Ft du Fouilloux (79), Ft de Born (24), Terrasson (24), Montignac (24),  Allassac (19), Donzenac (19), Brive (19), Argentat (19), Tulle (19), Ste-Fortunade (19), Cornil (19), Vergonzac (19), Aubazines (19), Boisset (15), Caen (14), Ft de Cerisy (14), Ft de Saint-Gatien (14), Honfleur : Bs du Breuil (14), Ft de Retz (02), Jaligny (03), Ft de Bagnolet (03), Saint-Martin-des-Noyers (85), Ft d'Aizenay (85), Chateau-Fromage (85), Ft de Braconne (16), Mézilles (89), L'Abergement-de-Rosay 550 m (39), Le Chanelet 450 m (39), Cressia (39), Cluny (71), Crépol (26), St Donat-l' Herbasse (26), 4 km S.O. Ryobon (38), Bs de St-Siméon-de-Bressieux (38), .

Métissage franc avec mixtus : Chanaz : sud de Landard (73), La Chapelle-du-Mont-du-Chat (73), 4 km nord de  St-Appolinard (38), 3,5 km est Roybon (38), St-Appolinard : rte " le Bois "(38), 2,8 km N.O. Chatte (38).

 

 

 

 

 

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. purpurascens f.i. paillardi Gradl.

Lajoux (39) 1200 m.

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. purpurascens  f. i. asperulus Kraatz.

Les Moussières 1200 m(39).

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. purpurascens f i.  crenatus Sturm.

Oudalle (76)

 

 

 

 

          n. baeterrensis Lapouge 1901 (photo n° 6).

Grande taille : 28/32 mm, sauf en altitude. Cette forme est robuste, massive. Les populations de taille un peu plus réduite ont été nommées centralis Forel et Leplat et s'étendent au Massif Central où elles se fondent avec le  laevicostatus vers le nord.  Gouttières larges, pourpres vifs.  Disque des élytres souvent bleu ou verdâtre, sculpture râpeuse à ponctuation forte.

 

Répartition : Occupe le sud des Cévennes et remonte la vallée du Rhône dont elle peuple les deux rives. La forme typique occupe le sud et l'est du Massif Central et fait place au centralis vers le nord-ouest. Il existe également des zones de métissage avec n. cyaneocintus Cleu. : au sud d'une ligne St-Chély-d'Apcher F-48 / Plomb du Cantal F-15 et sur le Mont Lozère ainsi que sur une ligne Florac/Toulouse. En Isère, il y a passage progressif au laevicostatus. 

Quelques localités : Saint-André-de-Buèges (34), La Boissière (34), St Bauzille de Putois (34), Saint-Georges (34), Saint-Privat (48), Rosis (34), Col de Cabaretou (34), Murles (34), Argelliers (34), Camplong (34), Ganges (34), Rosis : Ft des Ecrivains Combattants (34), Espérou (30), Sainte-Cécile-d'Andorge 280 m (30), Branoux-les-Taillades 550/650 m (30), Col de Faubel 1285 m (30), Saint-Martin-deBoubaux 750 m (48), Collet de Dèze 450 m (48), Salavas : Bs des Bruyères (07), sud de Montivernaux 1280 m (07), Massiac  " le Fayet " (15), Col du Pranlet 1230m  (26), Ft de Saou (26),  St-Pons : " la Frache " 1300 m (04), Ft de Grésigne (81), Ft de Sivens (81), Montirat (81), Ft de Nore (81), Ft de Montaud (81), Mazamet (81), La Virenque (12).

Les formes provincialis Born et gauthieri Cleu constituent des termes plus ou moins avancés de métissage avec mixtus Gehin et se trouvent dans la région de Saou (26).  La forme thorencicus Ochs (forme naine) se trouve dans les Alpes de Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.

 

La forme centralis Forel & Leplat. est la forme réduite de baeterrensis. Long. 26/29 mm.

Répartition : Elle fait suite au baeterrensis vrai sur la haute Auvergne et sur les sommets froids du sud des Cévennes. Elle occupe principalement la Haute-Loire, le Cantal, Le Puy-de-Dôme et la Corrèze. Il s'agit d'une forme adaptative au climat continental.

Quelques localités : Aubazat ( Langeac) (43), Col de la Croix de Boutières 1500 m (43),  Col de la Croix de Lampre 1199 m (15), Montchamps 1100 m (15), Viaduc de Garabit (15), Coltines (15), Charmensac 945 m (15), Molompize (15), Peyrusse 810 m (15), Allanche 1160 m (15), Neussargues-Moissac (15), Faverolles (15), Vieillepesse (15), Andelat 740 m (15), Ussel (15), Murat (15), St-Flour (15),  Ferrières-St-Mary (15), Rézentières (15), Mentières 857 m (15), Col de la Fageolle 1104 m (15), Ft de Murat 1150 m (15), nord de St-Chély-d'Apcher (48), Mt Gerbier de Jonc (07), Bèque 1250 m (07), Mézilhac 1130 m (07), Le Béage : Pont/le Gage (07),  Suc de Montivernaux (07), Sagnes et Goudoulet 1232 m (07), Lachamp Raphaël 1200 m (07), Mazan (07), Chartreuse de Bonnefoy (07), Col de l' Espinouse (34), Caroux (34).

Métis avec n. cyaneocinctus Cleu : St Chély-d'Apcher (48), Alleuze 940 m (15), St Just 1080 m (15), Loubaresse (15), Viaduc de Garabit 865 m (15), S.E les Monts-Verts 1065 m (15), Plomb du Cantal 1250 m (15), N.E. Albepierre-Bredons 965 m (15), Faverolles 880 m (15), Ft de Murat 1035 m (15), S.O Loubaresse 860 m (15).

 

 

 

 n. cyaneocinctus Cleu 1937 (photo n° 7).

 

 

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. cyaneocinctus Cleu 1937.

Le Pont-de-Montvert, 1000 m (48)

 

M. violaceus

ssp. purpurascens

 n. pseudofulgens Born 1905.

Cambo-les-Bains (64)

M. violaceus

ssp. purpurascens

 n. baeterrensis Lapouge 1901.

Saint-Privat (48) 800 m.

 

 

Petite race à bordure bleu acier vif (quelquefois verte ou dorée au voisinage de baeterrensis ), élytres convexes à lustre fréquement bleu. Long. 26/30 mm.

Répartition : Elle occupe le sud-est du Massif Central et se trouve insérée au milieu de baeterrensis. Elle forme une expansion vers l'est de pseudofulgens Born. avec lequel elle est en continuité et qui la remplace progressivement. Elle n' est pas une forme du baeterrensis dont elle est bien différente. Il est logique de l'associer au seul purpurascens à bordure bleu de notre faune et qui est à son contact.

Quelques localités : St-Martial 845 m (15), Neuvéglise 915 m (15), Chaudes-Aigues 640 m (15), ouest de Tanargue : Ft de Grezouze (07), La Chavade : source de  l' Ardèche 1400 m (07), S.O St-Chély-d'Apcher 1150 m (48), Ste-Colombe-de-Peyre (48), N.E. Fau-de-Peyre 1150 m (48), Aumont-Aubrac 1080 m (48), Langogne (48), la Bastide-de-Lozère (48), sur le Mont Lozère : le Pont-de-Montvert (48), Ft du Bouges 1000 m (48), Col de Finiels 1250/1500 m (48).

 

Présence de formes de transition à baeterrensis et centralis : Saint-Maurice-de-Ventalon (48) "col de la Baraquette", Belvédère du Cheylé 900 m (15), Barrage de Lanau 845 m (15), O. et S. les Ternes 1034 m (15), St-Martial 845 m (15), les Monts-Verts 1065 m (15), Cussac 1000 m (15), Plomb du Cantal 1250 m (15), N.O Lavastrie 1015 m (15), sud Faverolles 995 m (15),

 

 

 

 

n. pseudofulgens Born 1905 (photo n° 8).( = subfulgens Jeanne 1969, fulgens Charpentier 1825 )

          Longueur : 28-35 mm, allure svelte, pronotum étroit, élytres généralement parallèles, primaires en chaînons allongés.  Noir à marges bleues ou vertes. La taille varie selon l' altitude mais reste généralement grande et ne peut servir de critère pour subdiviser cette natio.

Répartition : Occupe le sud-ouest : le Pays Basque, les Landes, le Gers, le Lot, les Hautes-Pyrénées avec des extensions jusqu'en Aveyron.

 

Quelques localités : Ft d'Albussac (19), Env. de Gourdon (46), Vayrac (46), Saint-Jean-la-Gineste (46), Salles (47), Cos (82), Najac (12), Limeuil/Vézère (24), Thétieu (40), Mimizan (40), Herauritz 250 m (64), Bs d'Arudy (64), Sourzay 1150 m (64), Ft d'Iraty 1000/1300 m (64), Col d' Haltza 800 m (64), Cambo 114 m (64), Port de Larrau 1400 m (64), Mont Adarza (64), Urepel (64), Ft d'Hayra 900/1000 m (64), Sommet d' Errozaté 950 m (64), Col de Marie-Blanque 950 m (64), Saint-Jean-Pied-de-Port (64), Mendive 400 m (64),  Aincille 300 m (64), Mt Urculo (64), Sare (64), Bs d'Arudy 700 m (64), Bs du Bager 350 m (64), les Arbailles 700 m (64), Ft d'Orion 1080 m (64), Gourette 1100 m (64), Bs de Transoubats 1100 m  (65), Vallée de Lesponne (65), Col de Moulata 1600 m (65), Col de Mente 1400 m (31), Ft de la Ballongue 1200 m (09).

         

 

n. muelleri Haury 1878 (photo n° 12).

 

 

M. violaceus ssp. purpurascens

n. muelleri Haury 1878.

Sierra de Montserrat 700 m, Barcelona, Esp.

M. violaceus ssp. purpurascens

n. muelleri

f. pseudomuelleri Codina 1921.

La Bastide 680 m (66).

 

 

Taille et allure semblable à baeterrensis.  Bordure toujours pourpre, couleur qui s'étend souvent au disque. Se rencontre sous quatres formes adaptatives différentes suivant l' altitude d' ouest en est :

- f. muelleri Haury 1878 typique

- f.  pseudomulleri Codina 1921.

- f. gerundensis Born 1916.

- f. ligneus Sirguey 1931.

C'est une race d'origine espagnole qui a franchi les Pyrénées par les points bas sur la moitié est de la chaîne.

 

f. muelleri Haury typique. Elle est adaptée au milieu méditerranéen, à climat chaud et sec en été. Elle est grande, physogastrique.

Répartition : Littoral des Pyrénées-Orientales. Collioure (66).

 

f.  pseudomuelleri Codina 1921

(photo n° 13)

A moyenne altitude la taille est un peu plus réduite.

Répartition :

La Bastide  680 m (66), Saint-Laurent-deCerdan 900 m (66), Fonfrède (66), Col d'Ouillat 1000 m (66).

 

 

 

f. gerundensis Born 1916.

Dans les biotopes plus froids, en altitude, il est encore plus petit et parallèle.

Répartition : Hautes vallées des Pyrénées-Orientales et Ariège. Arinsal (Andorre), Canigou : "refuge de Balatg" 1600 m (66), La Preste 1200 m (66), Prats de Mollo 900 m (66), Ft de Montoulieu 1400 m (09), Plateau de Bielle 1500 m (09), Col de Chioula (09), Auzat : Bs de Fontanal 1250 m (09), Gourbit : Pic des Trois Seigneurs 1500 m (09), Ft de Brassac (09), Ft d' Andronne 1050 m  (09), Lercoul 1250 m (09), Massif du Néouvielle : Lac d' Aubert 2200 m (65).

 

f. ligneus Sirguey 1931 (photo n° 9).

Longueur : 18-30 mm.  Sous sa forme typique il est assez ramassé, trapu de taille assez petite.  La couleur est souvent très claire : pourprée, bronzée ou bien verte, la gouttière souvent identique au disque.  Il est répandu sur la partie axiale des Pyrénées et est bordé au nord par  pseudofulgens Born.

Cette situation provoque un important brassage génétique et une polychromie prononcée sur la zone de contact. Je ne connais pas de peuplement complètement purs de ligneus.  Les populations très métissées correspondraient au fulgens Charpentier mais ce taxon est pour moi inutilisable par l' imprécision de la localité type.

Répartition :  ligneus (s.1at.) se trouve depuis Bagnère-de-Luchon (31) jusqu' à  Lavelanet (09), et ne s'étend guère vers le nord où il bute sur pseudofulgens. ligneus constitue une forme claire de gerundensis métissée à minima avec pseudofulgens mais pas une extension ancienne d' aurichalceus avec lequel il n' a qu'une vague ressemblance.

Quelques localités : ligneus s. str. : Val d'Aube (65) 1500 m "Pene Cigalere", Loudenvielle (65) "Sapinière de Balestos" 1600 m, Nistos (31-65), forêt de Barousse 1350 m, Bourg d'Oueil (31) "Coubons", col du Portillon (31) 1200 m, vallée du Lys (31) Super-Bagnères : Pic de Cecire 2200 m (31), Lac d'Ôo 1550 m (31).

ligneus très métissé ( = fulgens Charpentier) : Col de Mente 1400 m (31), Ft de Bareilles 1900 m (31), Ft d'Andronne (09), Ft de Brassac (09), Saint-Béat : "Montagne de la Seube" 1300m (31), Col de Port (09), Bs de Mirabat (09), Saint-Jean-du-Castillonnais (09), Nalzen (09) près Lavelanet, Saint-Lary (09) au Col de l'Estrade 1400 m.

 

 

 

La f. muelleri au sens large occupe donc une bande frontalière étroite depuis le Massif du Néouvielle (65) jusqu' à la Méditerranée.

 

 

      n. bicinctus Born 1905 (photos n° 10 et 11).( = viridilucens Barthe 1909. ).

 

 

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. bicinctus Born.

Ft de Boucheville (66)

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. bicinctus Born.

Ft de Boucheville (66)

M. violaceus

ssp. purpurascens

n. muelleri

 f. ligneus Sirguey.

Ft de Barousse, 1350 m (65-31)

 

 

Long. 29/32 mm.Taille moyenne à très grande selon l'altitude, forme allongée.  Race luxuriante et très polychrome.  Lustre bleu foncé, vert, noir, indépendant de la marge qui peut être bleue, verte, dorée, rouge. Par sa situation géographique cette forme constitue le fruit d'un métissage pseudofulgens, pseudomuelleri, baeterrensis, qui ont contribué à sa variabilité extrême.

Répartition : Inséré entre les races parentes, c'est dans les Corbières qu'il est le plus typique.  Il occupe l'Aude, les Pyrénées-Orientales (où il fait place au muelleri Haury vers le sud ), l' Ariège, le Tarn (où il fait place à baeterrensis vers le nord ). Il existe également un foyer à l' est  des Pyrénées-Atlantiques.

Quelques localités : Col de Portus 1700 m (66),  Rabouillet 900 m (66), Ft de la Matte 1566 m (66), Ft de Boucheville 1000 m (66), Ft de Mousavet (66), Val d' Aube 1500 m (65), Col de Jau (66), Sougraigne (11),  Saint-Louis-Parahou (11), Auriac (11), Rennes-les-Bains 360 m (11), Rivel 500 m (11), Fourtou (11), Ft de Resclause 1200 m (11), Montfort-sur-Boulzane 700 m (11), Ft de Gesse (11), Pic Madres (11), Escouloubre 1700 m (11), Ft de Comus (11), Ft de Gesse (11), Belcaire (11), Ft de la Bunague (11), Ft de Coumefroide (11), Ft de Belesta (09), Col de Chioula (09), Ft de Gravas 1500 m (09), Nalzen (09), Ft de Brassac (09), Ft de Callong (09), Col de Pailhères 2000 m (09), Ft d' Andronne 1050 m  (09), Ft de Bareilles 1800/1950 m (31),  Mgne de la Seube : " Tuc Usclat " 1300 m (31), Col de Mente 1400 m (31), Bareilles 1100 m (65), Col du Pourtalet 1750 m (64).

Sur le flanc sud de la Montagne Noire, il subit une forte influence de baeterrensis et devient moins polychrome : Ft de Ramondens (11), Saint-Denis (11), CuxacCabardès (11), Fontiers-Cabardès (11), Ft de la Loubatière (11) (loc. typ.), la ligne de crête marque le passage à baeterrensis.  Vers l'ouest, il est influencé par ligneus : Ft de Bélesta (09), Ft de Gravas (09).  Vers le sud il y a influence de gerundensis Haury : Ft de la Matte (66) 1560 m, Col de Portus (66) 1700 m, Col de Chioula (09), Col de Pailhères (09) 2000m.

 

 

Répartition des différentes races de la ssp.  purpurascens

dans la moitié sud de la France.

 

 

Conclusion : Vouloir nommer chez la ssp. purpurascens toutes les populations de transition rendrait incompréhensible sa distribution géographique. Afin de ne pas noyer le lecteur dans une myriade de noms dont beaucoup désignent la même chose ou bien des transitions de transitions, je n' ai conservé que les races reconnaissables. J' ai tenté, à partir de données précises de bien placer les foyers de dispersion afin que chacun puisse évaluer les formes de transition sans qu'il soit nécessaire de les nommer. purpurascens s. lat. a une grande amplitude écologique, ce qui lui a permis une distribution presque continue et de se métisser sans restriction. 

Biologie : Il sort au premier printemps suivant l'altitude et cohabite avec une deuxième génération qui apparaît mi-juillet. Il est prolifique et son optimum écologique se situe dans le milieu forestier. Il hiberne en souche ou en talus et vient très bien au piège. Il peut se rencontrer depuis le bord de mer jusqu'à la zone alpine où on peut quelquefois le trouver en nombre dans les éboulis. Bien qu'il soit commun dans toute la France, purpurascens peut être quelques fois rare ou même absent dans des milieux pourtant accueillants.

                                               

 

 

ssp. mixtus Gehin 1876 ( = n. cyaneolimbatus Kraatz 1879 ) ( photo n° 1 et 2, fig.  A)

Long. 25-32 mm.  Pronotum carré, lobes arrondis.  Côtes très effacées.  Noir, marges vertes à bleu acier.  Edéage à apex effilé et peu coudé. En comparant de nombreuses populations de mixtus, il m'est apparu inutile de conserver cyaneolimbatus qui est indifférenciable. Forme allongée, étroite, sculpture fine donnant un aspect mat.  Primaires quelquefois visibles. Il existe des formes de transitions à proximité de purpurascens et violaceus.

 

 

M. violaceus ssp. mixtus

n. mixtus Géhin 1876.

( = n. cyaneolimbatus Kraatz)

Bonneville (74) 500 m.

M. violaceus ssp. mixtus

n.  mixtus Gehin 1876.

Charmençon (38) 1800 m.

M. violaceus ssp. mixtus

n. neomixtus Tarrier.

Forêt de Saou (26)

 

 

Répartition :  Occupe la Haute-Savoie, la Savoie, l' Isère, la Drôme mais reste en retrait de la frontière italienne : Rumilly 450/600 m (74), Col de Cou (74), Mt Salève 1300 m (74), Lyaud : " la Déserte " 809 m (74), Orcier : " les Indivis " 700 m (74), St-Jeoire : " Montrenaz " 650 m (74), Vailly : " les Escoffons 700 m (74), Ft de Clergeon 750 m (74), Etrembières 450 m (74), Chevrier 350 m (74), La Vernaz 800 m (74), Mieussy 680 m (74), est de Seyssel 500 m (74), Massif des Voirons 1000 m (74), Ayse 650 m (Bonneville)(74), Bonneville 600 m (74), Petit-Bornand-les-Glières 800 m (74), Droisy 720 m (74), Le Revard (74), Bs de Ruffieux 500/650 m (73), Cessens : " Topy " 730 m (73), Tréminis 900 m (38), St-Pierre-de-Chartreuse (38), Proveyzieux 850/1250 m (38), St-Pierre-de-Chérennes 800 m (38), Charmençon 1800 m (38), St-Gervais (38), Col de Romeyère 800 m (38), St-Marcellin : Ft de Coulmes 1200 m (38), St-Laurent-en-Royans 900 m (26), St-Jean-en-Royans (26), Lente (26).

 

 

 

 

    n neomixtus Tarrier 1975 ( = saouensis David & Marchal) ( photo n° 3, fig.  B) Plus grand, large, sculpture souvent bien alignée, trahissant un métissage avec la ssp. purpurascens.

 

Répartition : Ft de Saou (26).

 

Biologie : Biologie similaire à celle de purpurascens. Sortie précoce, suivie d'une deuxième génération abondante en juillet. L' abondance de mixtus est très variable

selon les stations, pouvant être très dispersé ou bien très abondant. Plutôt forestier, on le trouve malgré tout souvent aux lisières bordant les pâturages naturels.

 

 

 

 

Fig.  A à H : Edéages  :

A : M. violaceus mixtus mixtus Géhin, Petit-Bomand-les-Glières (74).

B : M. violaceus mixtus neomixtus Tarrier, forêt de Saou (26).

C : M. violaceus picenus Villa, Carnpigna, Italie.

D : M. violaceus germari Sturm (s. lat.), Balaton, Felvidek Nagyvasony, Hongrie.

E : M. violaceus violaceus meyeri Born, Ft de Rochejean (25) 1000 m.

F : Macrothorax rugosus baeticus Deyr., Torremolinos, Malaga, Espagne.

G : Macrothorax morbillosus constantinus Lapouge, Abbasanta, Sardaigne, Italie.

H : Chaetocarabus intricatus Linné,  Tarcento, Friuli, Italie.

 

                                 

ssp. picenus Villa 1838 ( photo n° 4, fig.  C)( = hypochora Tarrier 1971 )

Long. 26-30 mm.

 

 

M. violaceus ssp. picenus Villa 1838.

L'Authion (06) 2000 m.

 

 

 

 

 

 

 

Répartition de picenus et de  germari

 

 

Sculpture râpeuse mais alignée. Couleur noire, pourpre, bleu acier, marges presque toujours violettes.  Edéage : apex court, droit et spatulé.

Répartition : S'étend à la majeure partie de l'Italie : les Appenins, la Ligurie. Elle présente des populations transitionnelles avec la ssp. germari Sturm dans la région de Parma et Modena.  Il a gagné la France par la zone qui va du Mont Marguareïs à Menton mais reste confiné à l' ouest de la Vésubie. Aux environs de Morignole, il semble également se métisser avec germari.  En France, il est assez dispersé et peu abondant.

Quelques localités: L'Authion  2000 m (06), Berthemont 700 m (06), Roquebillière 500 m (06), Belvédère (06).

                  

 

                                                         

Biologie : Très localisé en France, il peut se rencontrer aussi bien en zone alpine qu' en forêt de moyenne altitude. Il peut être localement commun ou erratique. Il existe deux générations comme chez les autres sous-espèces.

 

ssp. germari Sturm 1815 (Fig.  D)

         Long. 25-32 mm. Sculpture finement ponctuée, primaires quelquefois visibles.  Aspect brillant, couleur noire plus ou moins bleutée, bordure pourpre mais quelques fois verte.  Edéage : apex peu aigu, court, nettement incurvé.  Cette ssp. occupe les Alpes italiennes, une partie de l'Autriche et de la Hongrie, le nord de la Yougoslavie et la Suisse.

Très peu répandue en France, elle a juste franchi les cols les plus bas et ne s'est guère étendue vers l'intérieur.

 

 

 

M. violaceus ssp. germari

n. neesi Hoppe 1825.

Col de Larche (04) 1750 m.


    n. neesi Hoppe 1825 ( = pedemontanensis Breun., dechambrei Colas)

Long. 25-29 mm.       

(photo n° 5) Sculpture fine, aspect luisant, couleur noire ou bleutée, bordure bleu à pourpre. 

Répartiton : D'origine transalpine, germari a franchi la ligne de crêtes par les cols mais ne s'est pas encore répandu très loin sur le versant français. Signalé du nord des Alpes : Chamonix (74), Haute-Maurienne (73), localités qu'il faudrait confirmer. Par contre, il est présent au Col de Larche 1750 m (04), Le Lauzanier (04), Col de la Lombarde (06), Col de tende 2000 m (06).

Biologie : Même biologie que les ssp. précédentes. Semble assez localisé et peu abondant. Plus facile à capturer au piège dans la zone alpine et subalpine : éboulis, rhododendrons, aulnes. Alors qu'en Italie il est commun en forêt, en France il ne semble pas avoir quitté la zone alpine et reste confiné en altitude.

                  

 

 

ssp. violaceus Linné 1758.

C'est le plus septentrional du groupe.  Il occupe l'Angleterre, la Scandinavie, le Danemark, l'Allemagne, la Pologne, l'Autriche, l'ex Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Suisse. En France, il atteint le haut Jura.

Edéage : Apex étroit, effilé et légèrement spatulé.

 

n. meyeri Born. 1898.  (photo n° 6, fig.  E).

 

M. violaceus ssp. violaceus

n.  meyeri Born 1898.

Bois de la Beuffarde (25) Les Fourgs.

Répartition de violaceus meyeri

 

 

Long 26-29 mm. Aspect très mat, ponctuation forte, primaires légèrement visibles.  Elytres fréquemment ventrus, marges violettes à mauve lilas. 

Répartition : En France, il habite une frange étroite le long de la frontière franco-helvétique : de Morteau (25) au col de la Faucille (01). Il se métisse largement avec purpurascens.

Quelques localités Ft de Rochejean (25), Les Fourgs : Bs de la Beuffarde (25), Ft de Jougne (25),  Col du Grand Colombier 1450 m (01)( contact avec purpurascens : Brenaz 850 m (01), Lochieu (01), Menthières : " le Bouant " 1000 m (01), Bs de Corbonod 1100 m (01), Mont-Colomby-de-Gex (01). Il existe des populations de transition avec purpurascens.

Biologie : Habite principalement les forêts mais peut se rencontrer dans les pâturages. On le trouve assez facilement en souche en hiver ou bien au piège pendant toute la belle saison.  Il existe deux générations qui cohabitent.

 

 

Liens  :  Ft de Fontainebleau F-77 :

http://nature77.e-monsite.com/album-cat-2-135741.html  

 

Insecterra (forum sur les insectes) :

http://insecterra.forumactif.com/forum

                       

 

Carabidae du Monde :

http://www.carabidae.ru/foto/displayimage.php?album=1&pos=150

                                                      

Retour Début