compteur internet Subgen

 

 

 

 

 

 

Subgen Collyris (Cicindelidae).

 

Georges Colas : georgescolas@orange.fr

Daniel Prunier : prunier.daniel@orange.fr

 

Ce groupe de cicindèles est principalement forestier et leur recherche est difficile.

Le monde des Collyris (Fabricius 1801)

Les Collyris sont des cicindèles arboricoles de l’Asie du sud est comme nous l’avions vu précédemment, continuons la découverte de cet étrange insecte.

Un peu d’histoire :     

La première description revient à un élève de Linné le Danois Johan Christian Fabricius (1745-1808). Il eut le mérite à la fin du XVIII de reconnaitre en cet insecte une cicindèle qu’il appela Cicindela longicollis. Olivier peu de temps après fit connaitre la première  Tricondyla  identifié aussi comme une cicindèle sous le nom de Cicindela, les deux genres n’étaient pas alors différenciés.  En 1801 Fabricius créa  le nom Collyris qui englobait les deux genres. Ce nom  se modifia et bien des confusions suivirent au cours des années selon les auteurs au fur et à mesure de la  découverte de nouvelles espèces avant de s’imposer définitivement. Citons quelques illustres entomologistes au XIX et XXème siècle  comme Latreille qui en créant le genre Tricondyla sépara définitivement les deux genres,  Brullé qui imposa définitivement le nom donné par Fabricius. Chaudoir  décrivit de manière approfondie  de nombreux taxons sépara un troisième genre : Derocrania et créa  deux groupes dont l’un devint les Archicollyris Horn et l’autre les Neocollyris Horn. D’autres auteurs comme Walter Horn ou plus récemment Karl Mandl apportèrent  de nouvelles descriptions mais compliquèrent  beaucoup l’étude par de nouvelles tentatives de classification ou par des synonymies.

L’étude de loin la plus complète est récente. Dans un ouvrage remarquable Roger Naviaux rassembla en 1995 les articles sur le sujet qu’il avait publié dans le Bulletin mensuel  de la Société Linnéenne de Lyon. En 2004, ce même auteur publia un complément et porta le nombre de taxons des seuls Collyris à 272. Depuis d’autres entomologistes continuent à enrichirent  cette étude et sans doute actuellement approchons nous les 300 taxons valides ;  bien d’autres seront encore certainement découverts.

 

 

Neocollyris (Pachycollyris) aptera ssp. apicalis

Chaudoir 1864. 13 mm.

Harau Valley 500-800 m, cca. 20 km N. Payakumbun, W. Sumatra,

(St Jaki leg. coll. G. Colas)

(photo Daniel Prunier)

Couleur brune ou châtaine.

Tête arrondie. Antennes filiformes.

Pronotum nodulaire.

Sculpture élytrale forte et plissée au centre

La couleur brun châtaine associée à une sculpture hétérogène forte au centre et très atténuée au contraire à la partie antérieure et postérieure évoque l’appartenance au sous genre Pachycollyris.

Brachycollyris purpureomaculata ssp. borea Horn 1922.    6,5 mm.

Hua Phan prov., N.E. Laos, Mt Phu Pan

1200-1900 m, Ban Saluei v.env.

(St Jaki/Lao leg. coll. G. Colas)

(photo Daniel Prunier)

Taille inférieur à 12 mm

Forme très courte et robuste

Pronotum très court et galbé

Sculpture élytrale à fort relief au centre

Chez les Collyris les couleurs des élytres ou de l’avant corps sont, habituellement noir plus ou moins mat, bleu, vert ou violet mais ces couleurs sous forme de taches colorées sont exceptionnelles

Brachycollyris purpureomaculata ssp. borea

Horn 1922.    6,5 mm.

Hua Phan prov., N.E. Laos, Mt Phu Pan

1200-1900 m, Ban Saluei v.env.

(St Jaki/Lao leg. coll. G. Colas)

(photo Daniel Prunier)

 

Neocollyris (Heterocollyris) speciosa

(Schaum, 1863)  22 mm.

Quelques éléments qui caractérisent le  sous genre Heterocollyris.

Selon Roger Naviaux, excavation interoculaire large. Tête arrondie large. Antennes filiformes.                                              Pronotum long, fusiforme. Sculpture élytrale complexe, quelque fois d’aspect froissé.

Mindanao Philippines

(Col G. Colas,  leg. J.Sedlacek)

(photo Daniel Prunier)

 

Neocollyris fuscitarsis

(Schmidt-Goebel, 1846).  17 mm.

Mae Tha district, Lampoon, Thailande

(Ch. Dheurle leg. coll. G. Colas)

(photo Daniel Prunier)

Forme variable allongée à robuste. Labre semi circulaire, quelque fois long. Tête arrondie. Pronotum long conique ou fusiforme.

Sculpture de densité moyenne, régulière, plus forte au centre. Couleur à dominante bleue

De loin le sous genre le plus nombreux. Les caractères dans ce sous genre sont beaucoup moins affirmés, c’est un peu le sous genre fourretout où l’on place l’insecte quand celui-ci ne correspond pas aux critères des autres sous genres.

Neocollyris (Leptocollyris) linearis  

(Schmidt-Goebel, 1846)   9,5 mm.

Phongsali env., Pou Pha hill, 1500/1600 m

N. Laos

(S. Murzin leg. coll. G. Colas)

(photo Daniel Prunier)

Forme très allongée.

Tête triangulaire ou arrondie.

Antennes longues et filiformes

Pronotum long, conique ou fusiforme.

Pattes claires.

Tout est long et fin chez cette cicindèle, le corps, le pronotum comme les antennes.

 

Classification des Collyris selon Roger Naviaux 1995

Tribu des Collyrini

     Sous tribu des Collyrina qui se divise en trois  genres  - Protocollyris - Neocollyris - Collyris s.str

Les genres Protocollyris et Collyris (s.str) n’ont n’a pas de sous genre contrairement à Neocollyris qui se divise en 12 sous genres.

Attardons nous sur le genre Neocollyris qui est de loin le plus important en nombre avec quelques exemples de sous genres illustré de photos.

 

 

 

 

 

 

 

 

Complément, Roger Naviaux : http://www.persee.fr/doc/linly_0366-1326_2004_num_73_3_13506