Les Cicindèles.

 

 Georges Colas

&

Daniel Prunier.

prunier.daniel[@]orange.fr

 

 

       Les espèces de France :

 

 

Cicindela campestris.

Collines de la Piège 400 m,

Puy du Faucher F-11 (Laurac).

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Cicindela maroccana ssp.

pseudomaroccana.

Collines de la Piège 400 m,

Puy du Faucher F-11 (Laurac).

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Cicindela sylvicola.

St Pierre-de-Chartreuse 900 m

F-38.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image009

Cicindela hybrida,

Dunes d' Hatainville

(Moitiers-d'Allonne) F-50.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Cicindela hybrida

ssp. transversalis,

Roquesteron F-06

(Col. & photo Daniel Prunier)

Cicindela maritima,

 Berck-Plage F-62.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image013

Cicindela gallica,

Auron (Saint-Etienne-de-Tinée)

F-06.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image017

Cephalota circumdata,

Les Saintes-Maries F-13.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Cylindera germanica

ssp. michaelensis,

Pontaubault F-50,

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image021

Cylindera germanica,

Ezy-sur-Eure F-27.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Cylindera paludosa,

 Camargue F-13.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image025

Eugrapha trisignata,

 Cap de l' Homy

(Lit-et-Mixe) F-40.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image027

Eugrapha arenaria,

Valernes F-04.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

Myriochila melancholica,

Côte ouest entre Motzia et aérop. de Brigi, Sicile Italie

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image031

Lophyridia littoralis,

plage Valentin, Batz-sur-Mer F-44.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image033

Lophyra flexuosa,

Brem-sur-Mer F-85.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image015

Cicindela sylvatica,

 Camp militaire d' Auvours F-72.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

 

 

 

         Les belles étrangères :

 

image020

Neolaphyra truquii,

Oasis Gafsa, Tunisie.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image022

Megacephala euphratica,

plage de Saida, NE Maroc.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image024

Megacephala chiliensis,

GUA Playas, Equateur.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image026

Tetracha spixii ssp. opulenluta,

Ixiamas 310 m, Bolivie.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image028

Tetracha sobrina ssp. punctata, Amazone, Rio Jalapu, Brésil.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image025

Tetracha affinis,

16 mm.

Grand Santi, fl. Maroni Guyane FR (Col. JP Janki

& photo Daniel Prunier).

image030

Manticora mygaloides,

60 mm.

Sefula, O. Zambi.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image032

Megalomma fulgens,

Piton Fougères, la Réunion (Isle)

France.

(Coll. G. Colas

& photo Daniel Prunier)

image029

Cicindela repanda,

Peterborought, Keene, Ontario.

(Col. & photo Daniel Prunier).

image031

Cicindela hirticollis,

Lac Savary, Vérendrye, Québec.

(Col. & photo Daniel Prunier).

image033

Cicindela sexguttata,

Peterborought, Keene, Ontario.

(Col. & photo Daniel Prunier).

image035

Cicindela tranquebarica,

Lac Savary, Vérendrye, Québec,

(Col. & photo Daniel Prunier).

image037

Cicindela punctulata,

Lac Savary, Vérendrye, Québec.

(Col. & photo Daniel Prunier).

image039

Cicindela limbalis, Lac Savary, Vérendrye, Québec.

(Col . & photo Daniel Prunier).

image041

Cicindela duodecimguttata,

Lac Savary, Vérendrye, Québec, (Col. & photo Daniel Prunier).

image043

Pentacomia ventralis,

10 mm.

Grand Santi, fl. Maroni Guyane FR. (Col. JP Janki

& photo Daniel Prunier).

image045

Cicindela monticola,

12-14 mm.

Khidi 200m, Sukhcha-Martvili, Géorgie

(Col. & photo Daniel Prunier).

image047

Cicindela fischeri,

1012 mm.

 Khidi 200m, carref. Sukhcha, Martvili, Géorgie.

(Col & photo Daniel Prunier).

image049

Omus audouini,

16/18 mm.

USA, WA, Clark Co. Vancouver, Mix forest, Under log,

(Col Mc Korney & photo Daniel Prunier).

image051

Omus dejeani,

20-22 mm.

USA, WA, Cowlitz Co. Ariel,

(Col Mc Korney & photo Daniel Prunier).

image053

Cicindela bellissima,

11-12 mm.

USA, OR, Tillamook Co., Sandy Lake, sandy dunes,

(Col Mc Korney & photo Daniel Prunier).

 

 

 

Les Cicindèles.

 

En France la famille des Cicindelidae Latreille 1806 est représentée par six genres  appartenant tous à la sous famille des Cicindelinae :  Calomera (ex Lophyridia) Cephalota, Cicindela, Cylindera, Lophyra et Myriochila (ex Myriochile) et quinze  espèces.

 Les genres ont été redéfinis par  Emile Rivalier dans les années cinquante à partir de l’organe copulateur et plus exactement à partir du sac interne du mâle.  Avec un peu d’habitude il devient assez facile en regardant l’habitus et quelques détails  (en tout cas pour les cicindèles Françaises) d’attribuer un genre à telle ou telle cicindèle. En cas de doute tant pour l’espèce que pour le genre la dissection de l’édéage reste indispensable.

Calomera est représenté par une seule espèce :

     Calomera littoralis Fabricius 1787 et deux ou trois sous espèces : littoralis littoralis Fabricius 1787, littoralis nemoralis Olivier 1790 auxquelles on ajoute parfois et selon les auteurs la sous  espèce quadripunctata Rossi 1790.

Cephalota  avec là aussi une seule espèce :

      Calomera circumdata Dejean 1882 est représentée par la sous espèce circumdata leonschaeferi Cassola 1970

Cicindela, sept  espèces avec la plus connue :

     Cicindela campestris Linné 1758 aux multiples sous espèces dont deux campestris campestris et nigrita Dejean 1825 (ex corsicana) sont présentes en France.

     Cicindela maroccana pseudomaroccana Roeschke 1891 seule sous espèce en France.

     Cicindela hybrida Linné 1758 avec deux sous espèces hybrida hybrida et transversalis Dejean 1822, cette dernière sous espèce étant parfois divisée selon les auteurs en transversalis (ex riparia) et pseudoriparia Mandl 1935.

     Cicindela maritima Dejean 1822.

     Cicindela gallica Brullé 1834.

     Cicindela sylvatica Linné 1758.

     Cicindela sylvicola Dejean 1822.

 Cylindera  avec quatre  espèces :

     Cylindera arenaria Fuesslin 1775. avec deux sous espèces arenaria  et viennensis Shrank 1781.

     Cylindera  trisignata Dejean 1822. avec principalement  trois sous espèces : trisignata - atlantica Barthe 1922- corsica Rivalier 1962.

     Cylindera germanica Linné 1758. deux sous espèces bien distinctes : germanica et michaelensis Vidal 1916.

     Cylindera paludosa Dufour 1820.

 Lophyra, une espèce :

      Lophyra flexuosa Fabricius 1787 avec deux sous espèces flexuosa  et sardea Dejean 1831.

 Myriochila, une espèce :

       Myriochila melancholica Fabricius 1798.

 

 

Genre Cicindela Linné 1758.

 

     Cicindela campestris Linné 1758.

         Long. 12 à 15 mm. Très présente d’avril en juin plus rarement en  juillet/ août en France continentale sur les sentiers sablonneux ensoleillés, les clairières des bois jusqu’en moyenne montagne. Sa couleur d’un beau vert franc la rend facilement repérable.

         On peut l’approcher à deux ou trois mètres selon la température,  puis dérangée s’envole rapidement en jetant un éclair vert bleuâtre sous le soleil et se pose après un vol de quelques mètres  à une vingtaine de mètres en se cachant parmi les herbes.

     Cicindela maroccana pseudomaroccana  Roeschke 1891.

    Long. 11à 15 mm. Elle ressemble beaucoup à campestris, les deux espèces présentent parfois une couleur et des dessins  élytraux suffisamment proches pour qu’on les confondent facilement et ce, même pour des cicindèlophiles confirmés. Si les deux bosses pronotales sont nettement rouges dorées et non vertes on est très probablement en présence de maroccana  pseudomaroccana, mais dans le doute seul l’examen de l’édéage fera la distinction.

         Elle est assez fréquente dans le bassin méditerranéen et partage le même biotope avec campestris  avec laquelle parfois elle cohabite.

      Cicindela hybrida Linné 1758.

    Long. 12 à 16 mm. Le groupe hybrida est complexe.  Pour faire court hybrida hybrida au nord ; transversalis (Dejean 1822) au sud,  Alpes  et Pyrénées Orientales. C. hybrida se trouve sur les terrains sableux les graviers proches de l’eau  du presque niveau de la mer à la moyenne montagne voir plus. En montagne transversalis remplace hybrida. Les deux  se  distinguent facilement en particulier par la bande médiane presque horizontale chez transversalis, courbée vers le bas chez hybrida s.str. hybrida transversalis est en moyenne de plus grande taille et sa lunule humérale souvent interrompue.

      Cicindela maritima Dejean 1822.

    Long. 11 à 15 mm.  C. maritima et  hybrida peuvent facilement être confondues d’autant qu’elles peuvent cohabiter.

    Classiquement la différence principale est la  bande médiane courbée à angle droit chez maritima et plus rectiligne chez hybrida. Un autre caractère est la  pilosité très dense couvrant le front de maritima contrairement à hybrida,  mais cet élément peut  disparaitre facilement surtout chez les sujet anciens.

    Si d’autres détails peuvent aider à  la distinction, l’édéage là encore reste  le moyen distinctif le plus sûr.

    C. maritima est une espèce des côtes de la mer du Nord au bord de l’eau et sur le cordon dunaire, de la fin de printemps à fin juillet

      Cicindela  gallica Brullé 1834.

    Long. 12 à 16 mm. Elle ne se trouve qu’en montagne entre 1500m et plus de 2500m. où  la terre est dénudée. Peut être confondue avec sylvicola ou hybrida. Les lunules humérales et apicales de gallica sont en deux parties bien distinctes, celles d’hybrida en une seule partie (chez la sous espèce hybrida transversalis la lunule humérale est donc très souvent séparée).

    C’est un insecte d’été en  juillet et août, assez fréquente par place dans l’arc Alpin uniquement.

      Cicindela sylvicola Dejean 1822.

    Long. 13 à 17 mm. Elle occupe l’est de la France en moyenne montagne, Ardenne, Mont Lozère et Alpes de Hautes Provence (Richoux et al. 1997). C’est une espèce des  bois (Silva : la forêt en latin) et des landes.

    Reprenons les lunules pour la différencier de gallica et hybrida. Comme hybrida, la lunule apicale est en une seule partie mais la lunule humérale est en deux parties. Pour les détails, le lecteur peut se reporter à l’article de Ph.Richoux / Ch. Dheurle & Vaucel, Bulletin SEF 102 (3) 1997. On la rencontre du printemps à la fin de l’été.

      Cicindela sylvatica Linné 1758.

    Long. 13 à 17mm. Sa couleur majoritairement très foncée, la structure élytrale granulée  caractéristique due à une ponctuation très accentuée, son labre noir permet de la distinguer facilement de toutes les autres.

         Son habitat est aussi bien individualisé, sur les sentiers  couverts de sables éoliens aux milieux des bruyères dans  les forêts  de pin.  Sa présence en cours d’année est fluctuante parfois dès le mois de mai parfois en septembre ou les deux. Souvent  associée à Cicindela hybrida dans des proportions également fluctuantes ; parfois les hybrida dominent et sylvatica est exceptionnelle et parfois l’inverse. Elle était naguère fréquente en France, on ne la rencontre plus guère qu’en île de France mais a été  récemment retrouvée dans la Sarthe (Richoux/Colas, l’Entomologiste tome 66, 2006). Très bonne voilière elle s’envole souvent fort loin et se perd dans les bruyères et les pins.

  

Genre Cylindera Westwood 1831.

     Cylindera  arenaria Fuesslin 1775.

    Long. 6 à 10 mm. Petite Cicindèle grise aux dessins élytraux étroits et sinueux, qui ne quitte pas les bordures des cours d’eau sur des terrains sablonneux dans les plaines et les collines. Cylindera arenaria arenaria se trouve encore en Provence surtout du printemps au début de l’été.

    La sous espèce viennensis Schrank 1781 plus grande au dessin élytral plus marqué est  alsacienne.
 

     Cylindera  trisignata Dejean 1822.

    Long. 7 à 12 mm. Quand elle est de petite taille on peut la confondre aisément avec la  précédente. Les dessins élytraux  de ces deux cicindèles sont semblables mais chez trisignata ils sont nets, mieux  "dessinés" que chez arenaria.  Halophile, elle court à proximité immédiate de la mer dont elle ne s’éloigne jamais vraiment. Ses variations chromatiques rendent la distinction entre les différentes sous espèces assez aléatoires et certains auteurs dans le passé ont nommés de multiples formes ou "races" qui ne sont plus reconnues de nos jours. La sortie a lieu  également du printemps au début de l’été.

    On peut quand même distinguer les sous espèces atlantica (Barthe 1922) du littoral atlantique, trisignata des bords de la méditerranée, corsica (Rivalier 1962) de Corse et neustria (Rivalier 1962) des côtes de la Manche.

      Cylindera germanica Linné 1758.

         Long. 7 à 11 mm. C’est une espèce répandue dans la France continentale à l’exception des zones montagneuses, dans les prés et zones herbeuses mais jamais très loin de terrains humides. La variété michaelensis Vidal 1916 (de la baie du Mont St Michel) se rencontre près des rives des cours d’eau et de la mer dans la Manche surtout. Bien différenciée de germanica  germanica  par la réunion des taches apicales médianes et humérales en particulier, il a été décrit dans le passé de multiples formes comme chez trisignata. Peut -être un entomologiste  séparera- t-il  un jour ces deux sous espèces pour créer  deux espèces  distinctes de par leur habitus et  leurs  biotopes si différents : halophile chez michaelensis  et halicole chez germanica  germanica.

    Cylindera germanica s.str n’est  pas une championne du vol, elle préfère la course sur une petite distance sauf quand elle est dérangée. Sa couleur verte parmi les herbes sa mobilité réduite en fait une cicindèle difficile à localiser. Par contre michaelensis  se remarque plus facilement dans un biotope aussi vaste et dénudé que la baie du Mont St Michel où un vol long  devient nécessité.

       Cylindera palludosa Dufour 1820.

    Long. 7 à 13 mm. Elle devient presque mythique tant son biotope a été dégradé. C’est la petite cicindèle des marais des bords d’étang boueux et marécages littoraux. Facilement reconnaissable par sa forme allongée et sa longue bande médiane détachée de la bordure élytrale sauf à l’apex, ses fovéoles colorées disposées en ligne tout au long  de la suture élytrale.  Elle subsiste par petites plaques en Camargue et dans le Roussillon. Toujours discrète,  vol peu et se réfugie à la moindre alerte en courant  et en se cachant parmi les herbes et les salicornes. Active au printemps et début de l’été

   

Genre Lophyra Molschulsky 1859.

      Lophyra flexuosa  Fabricius 1787.

     Long. 10 à 13 mm. Les dessins élytraux des  Lophyra sont caractéristiques en tout cas pour le sous genre Lophyra.

    Une lunule humérale, une médiane et deux taches le long de la suture élytrale. Elle fréquente les plages des embouchures des rivières  et remonte volontiers le cours d’eau jusque loin à l’intérieur des terres. Insecte de printemps et d’été, on peut aussi la retrouver en automne pourvue que les températures s’y prêtent.

    L. flexuosa flexuosa  occupe la partie sud de la côte atlantique et le bassin du Rhône. Lophyra flexuosa  sardea Dejean 1831 en Corse est plus sombre les lunules plus étroites avec l’humérale franchement  interrompue.

  

Genre Calomera Motschulsky 1862.

      Calomera littoralis Fabricius 1787.

         Long. 13 à 17 mm. C’est la seule espèce du genre en France. Autre fois appelé Lophyridia littoralis Jeannel 1946,  la sous espèce littoralis littoralis reste bien présente le long de la côte Atlantique et de la Manche sans dépasser la presqu’île du Cotentin. Très fréquemment de couleur noire mat en particulier sur les côtes vendéennes et de Loire Atlantique sa lunule médiane parfois étranglée n’est quasiment jamais interrompue. Elle a longtemps été confondue avec Calomera lunulata, espèce Nord-Africaine.

         C. littoralis nemoralis est présente le long de la côte méditerranéenne. Sa lunule médiane est fragmentée en trois parties tandis que l’humérale reste entière. C. littoralis quadripunctata Rossi 1790 aux lunules encore plus  fragmentées  est son  homologue  en Corse.

         C’est une espèce typique des bords de mer comme son nom l‘indique, active d’avril à septembre compris. Toujours sur l’estran elle ne se réfugie sur les dunes littorales que pour passer la nuit. Très bonne voilière elle reste difficile à attraper par la longueur de son vol. On peut toujours espérer la fatiguer en la poursuivant car le plus souvent  elle reste sur la plage.  Contrairement aux autres cicindèles des bords de mer elle ne disparait pas quand le vent se lève ; elle se plaque sur le sable face au vent et progresse en marchant ou par petits bons pour ne pas se laisser emporter.  (G.Colas.  Le Coléoptériste  15 (3) 2012).

 

Genre Cephalota Dokhtouroff 1883.

    Cephalota circumdata Dejean 1882.

         Long. 10 à 15 mm. La sous espèce Cephalota circumdata leonschaeferi  Cassola 1970 est la seule représentante  en France.

         Au sud de la France dans l’Hérault en Camargue, les Bouches du Rhône et le Gard près du littoral. Elle se caractérise par un dessin élytral très fin accentuant ainsi  la couleur  brun rouge générale de la cicindèle. Très halophile autour des étangs et des lagunes à végétation pauvre adaptée à la forte teneur en sel, elle court très rapidement sur le sol de la fin du printemps  au début de l’automne. Contrairement aux autres cicindèles précédemment  décrites, les larves ne creuseraient pas de terrier.

 

Genre Myriochila Molschulsky 1858.

     Myriochila melancholica Fabricius 1798.

          Long. 10 à 12 mm. Il n’a pas été  décrit de sous espèce. Elle est  restée longtemps inconnue  en France jusqu’elle soit trouvée en Corse puis  dans la plaine de la Crau dans les Bouches du Rhône, au bord des mares temporaires d’étang  ou des flaques. (Braud /Richoux, 2003). Très localisée et peu fréquente en France, c’est une espèce dont l’aire de répartition est l’une des plus étendue dans le monde.  Active au printemps et en l’été,  cette  espèce limicole se trouve partout en  Afrique ou l’eau est présente ;  elle occupe  à l’est  l’Europe occidentale du sud  et jusqu’au Nord de l’Inde. 

 

 

De nombreux auteurs ont écrit sur ce thème ; il est conseillé pour les passionnés de consulter deux ouvrages essentiels :

COULON J., PUPIER R., QUEINNEC E., OLLIVIER E. & RICHOUX  P. 2011.  Coléoptères Carabiques .. Compléments aux deux volumes de René Jeannel, et mise à jour, corrections et répertoire.. Faune de France 94 & 95. Fédération française des sociétés de sciences naturelles 684 pp. 

 JEANNEL R. 1941. Faune de France 39 Coléoptères Carabiques. T1. Lechevalier, Paris : 571 p.

 

 

 

 

Home page